Skip to main content

Entre mes jambes

UNE PERFORMANCE CHORÉGRAPHIQUE
DE MARYAM KABA

" Danser a été une manière de survivre, de vivre et de me réjouir au quotidien. " Maryam Kaba

A l’image des souvenirs et de la manière dont ils agissent sur nos vies, Entre mes jambes fait le choix d’une écriture parcellaire construite comme une accumulation de récits fragmentés.

La pièce ne cesse alors de faire retour, mais retour sur quoi exactement ? Les neurosciences nous apprennent que lorsque nous nous rappelons d’un évènement, ce n’est pas de l’évènement directement dont nous nous souvenons, mais de la dernière forme qu’il a pris la dernière fois que nous y avons pensé. Le souvenir d’un souvenir. Mais qu’en est-il alors des évènements traumatiques que le cerveau à décidé d’occulter ?

Entre mes jambes s’apparente à une enquête, définissant son objet de recherche invisible en creux, par négatif, c’est à dire par contraste avec toutes les autres choses qui sont quant à elles bien présentes et palpables : Un parcours de corps, un engagement sans relâche dans le sport de haut niveau, des temps morts et perdus à jamais, une fuite de soi-même, l’incompréhension de son propre malaise, la danse comme un échappatoire salvateur, l’histoire d’une sexualité et l’évolution d’un regard que l’on porte sur soi, la joie d’être pleinement vivante.

C’est l’envie de raconter ce moment où la vie bascule et de le transcender par la danse et la création qui sur gissent comme une évidence.

Écriture chorégraphique et transformation du traumatisme par le mouvement. Comment la danse et le mouvement engendrent-ils un processus de reconstruction après un évènement traumatique, plus précisément à la suite d’une agression sexuelle ?

Sur le plateau, Maryam Kaba est seule en scène, accompagnée d’une structure scénographique amovible matérialisant tour à tour une profondeur, un sol et un espace de projection que le corps apprendra à maîtriser. La danse revisite les émotions brutes d’un parcours corporel, de l’agression aux années d’errance, de la rudesse dans l’entraînement sportif aux mouvements libérateurs des danses afro-descendantes. Dans cette recherche chorégraphique, Maryam Kaba est accompagnée par Sandrine Monar, danseuse et chorégraphe, dont le travail porte sur le processus de réparation à la suite d’un trauma par le langage du corps, du mouvement et de la danse. Pour construire la chorégraphie de la pièce, leur recherche portera sur l’exploration et la conscientisation du mouvement.

Distribution

· Chorégraphie et interprétation Maryam Kaba · Chorégraphie regard extérieur Sandrine Monar · Dramaturgie Arthur Eskenazi · Scénographie Adrien Maufay · Composition musicale Matteo · Création lumière Aline Tyranowicz · Régie générale Svetlana Boitchenkoff · Photo © Sarah Makharine

Crédits de production

· Production Afrovibe Solidarity · Coproduction CCN Ballet national de Marseille – Maryam Kaba est artiste associée au CCN Ballet national de Marseille dans le cadre du dispositif soutenu par le ministère de la Culture – et Le Carreau du Temple · Avec le soutien de l’École Kourtrajmé, Chinese Man.