L’école rêveries

une promenade en images et en sons de Florence Lloret


en cours

ecole reveries

© Sigrun Sauerzapfe

Perdu, sur un boulevard sans arbre, un lycée au sein duquel des élèves suivent un enseignement pour obtenir leur certificat d’aptitude professionnelle d’agent de sécurité. Gardiens de nos magasins, résidences, musées, peut-être deviendront-ils. En attendant, et après des années de collège souvent chaotiques, ils reconstruisent là une relation plus paisible à l’école.
Mais l’alphabet est cruel avec eux et les voilà repartis à oublier de se lever le matin, à s’agiter, incapables de tenir en place. Démunis et seuls, les professeurs arrêtent de donner cours. Dans ce vide créé et une salle de classe devenue cabane, les élèves se mettent à réfléchir à la pertinence de l’enseignement qui leur est donné et aux relations qu’ils ont entre eux et avec leurs professeurs.

« L’école est en difficulté et peine à s’inventer un futur désirable. Je ne parle pas seulement des difficultés qu’elle rencontre en matière d’intégration, de démocratisation ou de réussite scolaire, mais plus largement de la question de l’éducation de nos enfants et des adultes que nous les accompagnons à devenir. Cette question est non seulement centrale, mais elle est aussi l’affaire de tous. Elle conditionne le développement de notre société et l’avenir que nous nous créerons.
La singularité de ce projet (eu égard aux nombreuses études, récits, essais qui existent sur l’école) réside dans le choix d’accéder de manière sensible à l’expérience qu’en font aujourd’hui aussi bien les adolescents que leurs professeurs, et d’ouvrir avec eux, au plus près d’eux, d’autres perspectives.
Il m’a semblé important que ce projet soit développé au sein d’un établissement scolaire public. Il existe de nombreuses tentatives de classes ou écoles alternatives qui ont développé des méthodologies, fait émerger des questionnements, qui rejoindront sans doute certains des nôtres. Ces expériences irriguent l’école publique, mais de manière très partielle. Et ce n’est pas ce projet que de penser une alternative de plus, mais bien de composer avec l’existant, dans le quotidien d’élèves et d’enseignants. J’ai choisi comme terrain le lycée professionnel, lieu d’enseignement largement dévalorisé et paradoxalement méconnu, que j’envisage comme un possible espace d’avant-garde.
Deux grands axes régissent la conception de cette installation vidéo créée au sein du lycée professionnel Ampère à Marseille  : une enquête documentaire sur l’école aujourd’hui à partir d’entretiens approfondis avec les élèves et leurs enseignants et une échappée vers la fiction qui fait de l’école le théâtre même de nos rêveries, les inscrivant ainsi dans un possible ».
Florence Lloret

L’école rêveries est une installation vidéo conçue et réalisée par Florence Lloret.
Elle a réalisé plusieurs films documentaires et est l’auteure de « A l’abri de la forêt », livre-film sur deux expériences de création en milieu scolaire. Elle poursuit depuis plusieurs années une réflexion sur la place de la création dans l’école et a dirigé la production de différentes expériences de création menées dans des établissements scolaires de Marseille par le Théâtre La Cité. Elle inaugure là une forme nouvelle pour elle, non pas un film, mais « une promenade en images et en sons » qui ne se soucie pas de continuité narrative, mais travaille par fragments, éclats, échos, à partir de l’observation de ce que les corps, les gestes, les mots et les espaces racontent.
7 séquences vidéo diffusées sur trois écrans sans cadre (type toile de peintre) composent l’installation : Tableau 1 Espérances, Tableau 2 Corps, Tableau 3 La valse de la chaise, Tableau 4 Pantomime, Tableau 5 Mayday mayday, Tableau 6 Causerie, Tableau 7 La nuit du banquet.

Avec des élèves et des enseignants du lycée professionnel Ampère : Mohamed Bangoura, Mohamed Adem Barka, Diyar Batun, Meriem Bensedira, Asma Chichi, Michel Deville, Dylan Douchet, Rokia Doumbia, Leandro Duarte, Abdelkader Fouka, Ryan Grib, Lyes Khoulalene, Lorenzo Lalaurie, Abdallah M’Madi, Dimitri Maltour, Walid Mhoumadi, Ruben Moreira Vicente, Michaël Reda, Elyes Ressa, Karim Lounes, Chaïnez Sfouhi, Gilles Budroni, Philippe Grotelli, Sylvie Perlot, Candice Blanchamp, Julie Belmonte, Yohann Hernandez, Yohan Lagana, Pierrick Besnardeau, Laure Fermigier • Conception, images et montage Florence Lloret • Collaboration artistique Julie Villeneuve • Sons Étienne Bellière • Mixage Florent  Klockenbring • Conformation Cyrielle Faure • Construction et scénographie François Boury • Ingénierie vidéo Samuel Bester • Production Théâtre La Cité

Avec le soutien du Lycée Professionnel Ampère • Le Théâtre La Cité est soutenu par la Ville de Marseille, le Conseil Départemental des Bouches du Rhône, la Région Sud, la DRAC PACA.

dossier L’école rêveries

Télécharger le dossier de création

L’école Rêveries

PRÉVUE LES 2 ET 3 MAI 2020
AU LYCÉE PROFESSIONNEL AMPÈRE
REPORTÉE FIN 2020

Vidéo

Facebooktwittergoogle_plusmail