SUIVRE QUELQU’UN

performance participative de Laurent de Richemond


En résidence du 7 au 11 septembre

SUIVRE QUELQU UN

© Lisa Mandel

« Suivre Quelqu’un », c’est d’abord faire l’expérience de l’autre. Ce quelquun, cette autre dont il est question est une personne, une actrice singulière : Stéphanie Louit. C’est elle que l’on va suivre tout au long du spectacle, c’est son portrait qui va se dessiner sous nos yeux…

On pourrait alors qualifier cette proposition comme d’un théâtre de la personne. Mais il ne s’agira pas ici de s’enfermer dans du récit biographique ou dans la complaisance d’un discours psychologique, car même s’il y aura dans ce projet une parole personnelle livrée et dévoilée de manière brute, il sera surtout question pour nous d’écouter et de regarder Stéphanie, le sujet-objet de ce spectacle, et de prendre le temps d’assister à une véritable monstration

Montrer, donner à voir, révéler sans forcément expliquer…

Quand sur le marché un vendeur fait la démonstration d’un produit, il le nomme, il le montre, il le fait fonctionner, il le décortique, et par là même il nous en donne son mode d’emploi. La même chose sera faîte de l’individu « Stéphanie » : Donner à voir la réalité évidente de son existence, ce qu’elle est tout simplement. Son corps, sa présence, son évidence, ses gestes, sa parole, sa personnalité, son histoire, son charisme, son idiotie, ses mystères, ses réflexes, ses défenses, ses résistances, ses faiblesses, ses blessures. Bref son état d’être au monde dans sa solidité comme dans sa fragilité.

Ce projet est né d’une volonté de peindre – en théâtre – un portrait… (à la manière cubiste, là où les choses se révèlent sous plusieurs angles, ou par petites touches…) Dans cette proposition, quelqu’un de singulier doit pouvoir se révéler, se raconter, se dessiner, se monstrer en direct sous nos yeux !
Ce projet tentera aussi de révéler Stéphanie par son état d’être actrice, et l’actrice par la personne (la matière et la manière d’être acteur sur scène, avec ses forces et ses fragilités). Il est important que ce portrait soit aussi un portrait d’acteur (ici, d’actrice…) car il sera aussi question de l’image de soi dans le regard des autres, et des questions de représentation de soi…
Les acteurs et actrices qui accompagneront Stéphanie Louit sont des gens qui font parti de son univers personnel et théâtral, car pour ce travail il nous a semblé important que ce soit aussi des gens proches d’elle. Ils seront là pour la suivre (dans tous les sens du mot suivre), ils s’inscriront dans ses pas, ils prendront soin d’elle, ils la déstabiliseront, ils la surprendront, et ils prendront aussi le risque de se dévoiler un peu eux aussi à travers elle…
Toutes les personnes présentes sur scène participeront à la révélation d’une figure qui se dessinera pour le public à travers des articulations, des accumulations et au final dans un agglomérat de fragments.

C’est un jeu qui ne demande qu’à se jouer, et son déroulement se découvrira sur scène en temps réel. Les acteurs ne sauront pas forcément eux-mêmes tout ce qu’il va se passer (et il y aura des surprises…) Les règles du jeu ouvriront et provoqueront des espaces inconnus et incertains en temps réel (Que ce soit pour Stéphanie, comme pour les autres acteurs, ainsi que le public).
Et il s’agira surtout de vivre quelque-chose de réel sur scène autant que de jouer. Car ce projet n’est pas construit comme une pièce de théâtre, une représentation au sens classique du terme, ce sera plutôt « une monstration ».

Stéphanie sera suivie au plus près d’elle-même par des acteurs qui agissent les expériences concrètes et nécessaires à la monstration de ce qu’elle est. Elle aura vraiment besoin de ces partenaires, de ces gens, de ces autres
Parce que pour se révéler au monde (et aussi à soi-même) on a besoin des autres…
Parce qu’il ne suffit pas d’exister, on doit aussi montrer qu’on existe…

Message envoyé par Stéphanie Louit à Laurent de Richemond après la première période de travail :
« Vraiment c’était tellement bien… Ce travail est extrêmement agréable, je crois que nous vivons une sorte de transe, un parfait oubli de soi brassé dans cette singulière communauté… Tu sais c’est étrange ce travail parce ce que ça me procure un grand sentiment de fierté quand je vois tous ces gens si beaux rassemblés sur le plateau autour de moi ; mais comme c’est aussi pour ton travail qu’ils sont tous là, ça nous lie plus encore toi et moi et comme au final dans « Suivre Quelqu’un » on se suit tous les uns les autres et bien on est finalement ensemble pour être ensemble. Et c’est à la fois si simple et si évident, si mièvre et si naïf, que tout me paraît d’une absolue vérité. Dans ces heures particulières où nous vivons dans ce qui me semble être un ersatz du monde, la vérité de l’instant est inestimable ».

La Compagnie Soleil Vert

Depuis sa création en 1996, la Compagnie Soleil Vert se mobilise pour questionner la place de « l’Être Acteur » dans le monde d’aujourd’hui. Car c’est bien cette question, comme objet principal de notre regard, qui est placé au cœur de notre travail artistique.
On a souvent dit que les projets de Laurent de Richemond avaient l’esprit d’un laboratoire de la condition humaine. Dans sa recherche artistique, il tente de placer son rapport au théâtre, comme la science-fiction se place dans la littérature. En tant que questionnement et aussi comme principe actif, outil, éclairage, point de vue… voir virus contaminant peu à peu le champ du réel, constituant un système permettant d’appréhender, de dire le monde.
Cherchant à ce que le regard des gens soit sollicité comme s’ils se retrouvaient d’un coup face à un OVNI qui débarquerait sur terre. Cherchant à construire des objets artistiques dont les codes, les lois et notre rapport à eux n’irait pas de soi, devrait s’inventer au présent de notre relation, à l’instant même de notre perception.

Laurent de Richemond
metteur en scène
Après avoir obtenu en 1991 un BAC Théâtre à Montpellier, il s’inscrit à l’Université d’Aix-en-Provence dans la section Arts du Spectacle, où il a obtenu en 1993 le DEUST Théâtre. Il travaille alors régulièrement comme acteur avec différents metteurs en scène sur Marseille et sa région. Il a travaillé sur des pratiques singulières à l’occasion de rencontres ou de stages et a aussi été amené à diriger des ateliers de pratique artistique et à créer des spectacles avec des publics divers : enfants, adolescents, comédiens en formation, amateurs, handicapés mentaux et inadaptés sociaux. Il dirige la Compagnie Soleil Vert avec laquelle il a produit plusieurs montages et adaptations à partir de textes non théâtraux, et a créé ainsi en tant que metteur en scène plusieurs projets (théâtre, performances, expositions) et quelques solos. Son parcours artistique est protéiforme. Son travail s’inscrit à la croisée des chemins du théâtre, de la danse, de la performance et de l’art contemporain.

Stéphanie Louit
actrice au centre du projet
Stéphanie Louit devient comédienne à trente ans, après une licence de psychopathologie clinique et tous les métiers qui lui passe sous la main. Son capital génétique hors du commun lui réserve souvent les rôle de jeune garçon. Soucieuse de rester campée dans la matière brute du monde, elle s’engage rapidement dans l’éducation populaire et devient artiste associé aux institutions. Elle fabrique des spectacles, des documentaires ou fictions sonores et des courts métrages en création partagée avec des adolescents de dispositifs relais, IME, passerelle, école de la deuxième chance, mineurs et adultes incarcérés. Parallèlement, elle se forme au métier de scénariste de dessin-animé, puis commence une collaboration foisonnante avec Laurent de Richemond. Stéphanie est directrice artistique de la compagnie Formidable et co-dirige avec Stéphane Gisbert le Théâtre Strapontin à Marseille.

EN RÉSIDENCE DU 7 AU 11 SEPTEMBRE
PRÉSENTATION SAMEDI 11 SEPTEMBRE [19h] (uniquement sur invitation)


 

◆ UNE PRODUCTION COMPAGNIE SOLEIL VERT

COPRODUCTION THÉÂTRE LA CITE

SOUTIENS À LA PRODUCTION FRANCE RELANCE / LA DISTILLERIE / THÉÂTRE STRAPONTIN / L’ART DE VIVRE

Facebooktwittergoogle_plusmail