Skip to main content

Le Cabaret caustique

Un workshop de théâtre dirigé par Frédérique Lecomte
Inscriptions jusqu'en janvier 2023

Frédérique Lecomte a imaginé et mis au point une méthode pour faire du théâtre un instrument de réconciliation - pour autant que la chose soit possible -  dans les zones de conflit (par exemple au Burundi avec les victimes de torture comme avec les tortionnaires, ou au Congo avec les enfants soldats) et, plus généralement,  pour venir en aide aux personnes fragilisées (prisonniers, demandeurs d'asile, malades du Sida, rapatriés ou déplacés, victimes de violences sexuelles, etc.).

Plus généralement, elle met en scène des spectacles et des ateliers qui rassemblent, décloisonnent, confrontent, sensibilisent. Elle utilise le théâtre comme outil de cohésion sociale en partageant identités et façons de vivre le monde qui nous entoure. Elle pense le théâtre comme un espace démocratique vivant, public et visible. Un espace de dialogue où des personnes qui normalement ne se rencontrent pas créent un spectacle ensemble,  en s’intégrant dans une démarche collective tout en développant des compétences artistiques, techniques mais aussi de vivre-ensemble.

Dans cet atelier, c’est un véritable cabaret qui va se jouer : un cabaret joyeux, impertinent, un bal fou où se rencontrera une foule de vies différentes, des éclats de vies, un peu de qui vous êtes, et de ce que vous avez à donner. En partant de vous, d'une histoire que vous avez envie de partager, la metteuse en scène vous fera improviser jusqu'à ce qu'une scénette émerge peu à peu. Dans ce cabaret, rien ne sera écrit, tout restera spontané, laissant une place au hasard et à l'imprévu. Pas un spectacle écrit, mais un spectacle qui laisse la place au vivant !


"Il y a plein de choses que j’ai envie de faire.
J’ose pas toujours.
La cabaret, ça me botte.
Chanter danser.
Même si je sais que je ne sais pas.
Finalement, je me lance.
Allez, c’est quoi les choses géniales et parfois incorrectes que je veux faire.
Mmmmh, indiscret ?
Pas vraiment.
Ça peut être de petites choses pour résister.
Est-ce qu’il faut que je coupe le gaz ?
Je veux que tous les jours j’ai une chouette peur que j’affronte.
La peur est mon pire ennemi, j’ai entendu ça dans une série.
J’aime pas que ce soit gnangnan.
J’aime pas que ce soit mignon non plus.
Je préfère que ça soit caustique.
Voilà, c’est le mot : un cabaret caustique.
Un cabaret caustique comme la soude.
Après on sera toustes de bonne humeur."
- Frédérique Lecomte