• Accueil
  • Ecoles et théâtres, quelles passerelles ?

Ecoles et théâtres, quelles passerelles ?

Espace de réflexion partagée artistes et enseignants


octobre 2012-juin 2013

Ecoles et théâtres, quelles passerelles ?

PHILIPPE MEIRIEU | JUSQU'ICI TOUT VA BIEN | FRONTIERES

D’octobre 2012 à juin 2013, un groupe d’artistes et d’enseignants s’est réunis tous les deux mois à La Cité pour échanger autour de des enjeux, nécessités et pratiques de la création artistique à l’école.

Comment faire de l’école un lieu de création et d’expression artistique et du théâtre un lieu d’interrogation et de recherche sur la pédagogie et la transmission?
Quels espaces d’expression, de formation et d’émancipation singuliers, professeurs et artistes peuvent-ils construire ensemble pour les jeunes et avec les jeunes ?
Il s’agit de penser et de faire remonter de nouvelles modalités de travail et de relation entre artistes et enseignants, établissements scolaires et lieux de création artistique, qui puissent servir aux enseignants et aux artistes dans la conduite de projets communs.

Point d’orgue à ces échanges, l’invitation du pédagogue Philippe Meirieu au Théâtre  La Cité en mars 2013 qui a échangé et travaillé avec une vingtaine d’enseignants et d’artistes sur les modalités et contraintes pour la construction d’actions artistiques en milieu scolaire.

« Je suis devenu pédagogue parce que je me suis un jour affronté à des situations difficiles, à des jeunes qui refusaient d’apprendre et qui étaient en situation de détresse. Je me suis dit que je ne pouvais pas me résigner à cela et qu’il fallait chercher, travailler, prospecter.
Je me suis engagé dans une voie dont j’étais loin de soupçonner la richesse. » Philippe Meirieu

Parmi ses engagements militants et professionnels, PHILIPPE MEIRIEU fut responsable pédagogique d’un collège expérimental de 1976 à 1986, rédacteur en chef des Cahiers pédagogiques de 1980 à 1986, formateur d’enseignants et directeur de l’Institut des Sciences et Pratiques d’Education et de Formation (ISPEF) de l’université LUMIERE-Lyon 2. Après le vote de la loi d’orientation de 1989, impulsée par Lionel Jospin, il participa à la création des Instituts Universitaires de Formation des Maîtres et à celle du Conseil national des programmes. Il présida, à la demande de Claude Allègre, le Comité d’organisation de la consultation et du colloque : « Quels savoirs enseigner dans les lycées ? », en 1997-1998, à la suite desquels fut mise en place une réforme des lycées aujourd’hui très largement démantelée. Il dirigea l’Institut National de Recherche Pédagogique (INRP) de juin 1998 à mai 2000, s’efforçant d’associer, dans une même dynamique, innovation et recherche. Il a terminé, en 2006, son mandat de directeur de l’IUFM de l’Académie de Lyon et repris ses activités de professeur à l’université Lumière-Lyon 2. Il a été directeur de la chaîne de télévision pour l’éducation CAP CANAL de 2008 à 2010. Il dirige la collection « Pédagogies » chez ESF éditeur depuis sa création… Il est aujourd’hui, à côté de ses activités universitaires, vice-président de la Région Rhône-Alpes délégué à la formation tout au long de la vie. Très impliqué dans les débats publics sur l’éducation en France, Philippe Meirieu a été très souvent pris à parti par les « républicains » ou les « disciplinaristes » qui l’accusent d’avoir contribué à la baisse du niveau des élèves ainsi qu’à l’effondrement de l’autorité des enseignants par son idéologie « pédagogiste », égalitariste et démagogique. Il s’est battu, pourtant, depuis toujours, pour une pédagogie exigeante, basée sur une transmission culturelle de haut niveau et qui ne sacrifie jamais ni les savoirs ni les élèves.

Professeurs et artistes, premiers échanges

Vidéo

Facebooktwittergoogle_plusmail