Trouble pictural

Exposition de peintures de l'atelier de la Pommeraie (Belgique)

Trouble pictural

TROUBLE PICTURAL © Sigrun Sauerzapfe

Sans éducation artistique, sans connaissance et indifférents à nos codes picturaux, ces artistes vivants en Belgique vous emmèneront, au travers d'une trentaine de tableaux, dans un voyage sans tabou d’où l'on ressort quelque peu différent. Des oeuvres sont exposées à La Minoterie (14-21 mars) et d'autres à Espaceculture_Marseille (16 mars-2 avril).

Les peintres Michel Dave, Hugues Joly, Alexis Lippstreu, Louis Poulain, Louis Van Baelens, Jean-Michel Wuilbeaux, ainsi que le brodeur Jacques Trovic exposeront leurs dernières créations. Le handicap ou la maladie mentale n’auront plus lieu d’être ici et laisseront la place au partage, à l’émotion, à la puissance créative.

Depuis 22 ans, Bruno Gérard anime un atelier de peinture à La Pommeraie, un centre pour personnes malades mentales et handicapées en Belgique. Cet atelier se révèle être un véritable creuset de talents, reconnus parfois jusque dans les musées (Lausanne, Villeneuve-d’Ascq) ou vendus en galeries.

Les vernissages auront lieu en présence des artistes et de Bruno Gérard, animateur de l’atelier peinture de La Pommeraie.
Il donnera le 16 mars une conférence, De l’asile au musée, la naissance de l’art brut (1h20) : « La fascination pour les productions qui se situent en marge du circuit culturel officiel remonte à l’époque romantique mais c’est surtout au début du 20e siècle que l’art asilaire sera abordé par des psychiatres fascinés et touchés par les productions de certains pensionnaires. En 1945, le peintre Jean Dubuffet s’impliquera totalement dans la reconnaissance de cette forme d’expression, en tant que collectionneur et en tant que théoricien. Je vous propose de faire un merveilleux voyage sur les rives et dérives de l’art brut. »

Michel Dave : Né en 1941 à Jumet en Belgique. Conteur de notre quotidien, Michel vit actuellement un moment intense de création. qui ponctuent notre existence. Personne ne peut détourner son attention, il travaille avec frénésie, à l’affût de tous les accidents. Il ne se lasse pas de son dictionnaire, des mots improbables qu’ils croisent au fil des pages. Economie de moyen (le marqueur acrylique), économie de couleur, qui chacune a un rôle bien précis. Michel soupèse longuement chaque mot inscrit sur la feuille de papier, qu’il enferme ensuite dans une bulle ou entoure de points.

Hugues Joly : Né en 1954 à Jadoville au Zaïre. Au 19ème siècle, l’honnête homme était celui qui avait une culture générale très importante. Hugues Joly est cet homme. Passionné de savoir, il est curieux de tout. Depuis deux décennies notre quotidien est une succession de moments privilégiés d’une grande authenticité. En perpétuel questionnement il construit une œuvre importante ou la fascination du top model, de la femme laisse la place à une introspection plus intense, plus personnel.

Alexis Lippstreu : Né en 1972 à Suresnes en France. Alexis aurait pu être le copiste officiel des grands maîtres avec cette différence qu’il donne une nouvelle vie aux œuvres qu’il recopie. Degas, Gauguin, Léonard de Vinci, Van Eyck… sont ses principales sources d’inspiration. Obsessionnel, il peut recopier à l’infini la même œuvre avec une économie totale de moyens : le crayon gris, parfois le pastel à l’huile fait une apparition. Alexis Lippstreu est aujourd’hui dans les principales collections muséales et privées.

Louis Poulain : Né en 1964 à Courcelles-lès-Lens, Pas-de-Calais. Il vient à l’atelier depuis une quinzaine d’année suite à un accident de travail. Cet homme dur au travail qui a passé sa convalescence en dessinant s’est peu à peu ouvert pour laisser passer ses sentiments. Aujourd’hui Louis dessine inlassablement du matin au soir, week-end compris. Il cherche ses sujets dans l’actualité, dans les revues, dans les publicités… Travail de longue haleine ses peintures acryliques durent plusieurs semaines. Souvent une seule lecture n’est pas suffisante pour pénétrer la richesse de son travail.

Jacques Trovic : Né en 1948 à Anzin, Nord de la France. Jacques quittera l’école à l’âge de sept ans pour être élevé par sa maman et sa sœur. Elles vont lui transmettre le plaisir des travaux de couture et à l’âge de 16 ans il exposera sa première tapisserie. Dès lors il n’aura de cesse de manier le fil et l’aiguille pour exprimer avec sensibilité et poésie des moments de la vie quotidienne, des lieux du nord ou de régions de France, la société d’hier et d’aujourd’hui. Il a réalisé à ce jour plus de trois cents œuvres textiles dont la plupart figurent dans les collections muséales et privées.

Jean-Michel Wuilbeaux : Né en janvier 1968 à Valenciennes, Nord de la France. Jean-Michel est un papillon qui butine, qui se nourrit de toutes les rencontres qu’il fait. Sa vie passé et présente sont ses sources d’inspirations et il va d’un sujet à l’autre pour exprimer ses sentiments. Il veut que le spectateur comprenne son message et il réfléchit longuement avant de commencer son travail. L’image, le mot, les références colorées inscrites sur le côté de la toile n’ont d’autre fonction que de nous aider à comprendre le sens de sa création, de sa souffrance. Jean-Michel Wuilbeaux est prêt à toutes les audaces graphiques pour mettre en scène ce qu’il ressent.

Trouble pictural

Date Lieu
vernissage le 16 mars à 18h Espaceculture_Marseille
vernissage le 14 mars à 18h30 La Minoterie

Ouverture de la Biennale par Florence Lloret

Vernissage de l’exposition d’art brut

Infos pratiques

Collaboration La Cité, La Minoterie, Espaceculture_Marseille et le Centre de La Pommeraie

Facebooktwittergoogle_plusmail