Théâtre et Jeunesse

workshop et rencontre

IMG_Adoles18sd

THEATRE ET JEUNESSE © Mezli Vega

La fille des plateformes 

Proposition du Théâtre Massalia et du collectif Nomade Village

« Le Théâtre Massalia est acteur d’un projet de coopération européenne, qui réunit 11 partenaires de 9 pays. Il se déroule depuis novembre 2014 et durera jusqu’en octobre 2018. PLATFORM shift+ interroge la relation des lieux de spectacles avec les adolescents et cherche à développer la capacité des artistes et des théâtres à appréhender les outils numériques, sur la scène et dans la communication, pour pouvoir mieux s’adresser aux jeunes. Le Théâtre Massalia partage ce projet avec un groupe d’une dizaine d’adolescents âgés de 14 à 16 ans. Ceux-ci ont été notamment amenés à côtoyer une auteure, Karin Serres, et un metteur en scène, Philippe Domengie. Ils ont contribué à l’écriture la saison dernière, la Fille des plateformes. Cette année, le groupe crée la pièce. Pour mener le travail de création, Philippe Domengie et le collectif Nomade Village explore avec les jeunes les légendes urbaines. Phénomène universel, porté et colporté principalement par les adolescents, les légendes urbaines sont une occasion de se faire peur, et de se frotter à l’étrangeté du monde. Il permet de prolonger encore un peu le merveilleux et le cauchemardesque propre à l’enfance, alors que le monde adulte et sa cohorte de responsabilités apparaît sur le seuil de la porte. Le groupe interroge la construction des preuves qui viennent étayer ces histoires abracadabrantes et le degré de confiance à partir duquel nous considérons un élément, une parole comme vrais. Comme dans les légendes urbaines, la Fille des plateformes fait peur et fascine : c’est l’étranger, l’autre, qui de tout temps porte les fantasmes de l’humanité. Les artistes explorent sur le plateau cette frontière chaotique entre deux âges qu’est l’adolescence par un jeu de contraintes physiques, de tensions qui trouvent leur résolution dans le verbe. Les mots jaillissent de ce chaos, tour à tour volcanique ou détaché, violent ou léger, pour mieux refléter la dualité de cet âge charnière. Un jeu du présent porté par ce qui se passe ici et maintenant au plateau et l’utilisation d’outils numériques. »

— Emilie Robert , Philippe Domengie

Le groupe des 15

Proposition de la Gare Franche et de la compagnie Vol Plané

La Gare Franche, lieu de créations et de curiosités situé dans les quartiers nord de Marseille, accueille depuis septembre 2014, son premier artiste à l’a(e)ncre. Le metteur en scène Alexis Moati avec sa compagnie Vol Plané est ainsi associé au projet artistique du lieu pour plusieurs saisons.

Après avoir consacré plusieurs spectacles à la fin de l’enfance et à l’adolescence, la compagnie Vol Pané a souhaité associer une bande de jeunes gens à son ancrage à la Gare Franche. Un groupe fortement lié à la troupe, que l’on questionne et qui nous questionne. Ils sont 25 jeunes gens de 14 à 22 ans issus majoritairement des quartiers nord mais pas seulement. Ils font des ateliers réguliers avec Carole Costantini, Alexis Moati, Jean-Pierre Raffaelli (professeur au Conservatoire d’art dramatique de Marseille),
Christine Fricker (chorégraphe), des stages avec la compagnie Vol Plané et des artistes invités (auteurs, metteurs en scène, chorégraphes…), des voyages lors desquels ils rencontrent d’autres pratiques. Ils assistent aussi à des spectacles tout au long de l’année.
Pour Vol Plané il s’agit de continuer à regarder et questionner cet âge qui est si proche et si loin du théâtre. Proche parce qu’à l’adolescence, on peut sentir en soi bien des personnages. « Je est toujours un autre ». Et loin parce qu’en majorité les jeunes gens ont souvent mieux à faire qu’à venir s’enfermer dans une salle de théâtre… Et pourtant…
En 2015/2016, chaque trimestre est consacré à une thématique issue de l’actualité de la compagnie. Ainsi, durant le premier trimestre, le groupe travaille autour du misanthrope (pièce qui constitue la matrice du prochain spectacle de Vol Plané). Nous consacrerons le second trimestre aux récits d’adolescence qui ont été la base du spectacle de Vol Plané « Et le diable vint dans mon coeur…adolescences ».
Le troisième trimestre sera consacré à la base de la construction du spectacle de la fin de l’année prochaine ainsi qu’à la présentation des travaux personnels. Cette histoire est une aventure théâtrale, artistique, humaine. Une association visant à nous donner mutuellement des forces et du souffle : une échappée belle. »

— Alexis Moati et Carole Costantini

D’ailleurs

Proposition du Théâtre La Cité et de la compagnie Traversée(s) nomade(s)

Depuis plusieurs années, le Théâtre La Cité et la compagnie Traversée(s) nomade(s) proposent un espace de création dédié à la jeunesse. Une troupe s’est peu à peu constituée et se renouvelle au gré des départs vers la faculté, la vie professionnelle… Les anciens souvent continuent d’accompagner l’aventure et transmettent leurs expériences aux plus jeunes arrivés.
Après deux créations Les pas comme un(s) en 2012 et Frontières en 2014, la troupe travaille sur une nouvelle proposition de la metteure en scène Karine Fourcy : partir à la rencontre de jeunes migrants qui vivent aujourd’hui à Marseille. « Au sein de la troupe, les jeunes viennent de différents
quartiers de la ville et se confrontent déjà à leurs différences. Mais qu’en est-il quand l’ailleurs vient d’un peu plus loin ? Qui sont ces jeunes migrants ? Comment vivent-ils à Marseille une adolescence commencée ailleurs ? Comment se construisent-ils dans cette double perte de repères liée à l’adolescence et à l’exil ? Comment leurs questionnements se confrontent-ils à ceux des jeunes de la troupe ? Quel monde à dire et à construire ensemble, à créer avec la richesse de nos différences et non pas en dehors ?
Sur le plateau, ils cherchent, se cherchent. Au fil des ans, je les vois grandir dans cette aventure à la fois personnelle et collective, dans cette exigence à sortir chaque mot, chaque geste, du flux permanent dans lequel nous sommes pour leur donner leur propre densité. Ensemble, nous tentons de devenir, comme l’espérait Hannah Arendt, des « obligé(e)s du monde. »

Karine Fourcy

Coproduction Théâtre La Cite et Cie Traversée(s) Nomade(s)
Soutiens ACSE, Ville de Marseille et Drac Paca (Politique de la Ville), Conseil Départemental 13 (Politique de la Ville et Jeunesse),
Région Paca (Jeunesse), Fondation SNCF et Fondation Kronenbourg

Infos pratiques

La Gare Franche
le 19 mars 2016

CORÉALISATION THÉÂTRE LA CITÉ, THÉÂTRE MASSALIA, LA GARE FRANCHE – COSMOS KOLEJ

 

Facebooktwittergoogle_plusmail