LD_NICOLAS MEMAIN_2819

Le projet

À l’heure où l’économie et ses règles de compétitivité et de performance marchande semblent avoir investi la plupart des domaines, le Théâtre La Cité tente de faire exister en creux nos capacités communes à faire Cité. Et cela de plusieurs manières et à différents niveaux.

D’abord en s’ancrant dans différents quartiers du centre et de la périphérie de Marseille pour y tisser des liens avec les habitants de la ville. Et surtout en impliquant ces habitants dans des créations partagées en tant que porteurs de paroles, de récits, d’expériences. Plutôt que de proposer une programmation artistique à l’année, il s’agit ici de créer un laboratoire qui cherche un continuum entre création, diffusion, réception, en y mêlant activement les différents acteurs.

Il s’agit également de faire Cité au sein des créations proposées par les deux artistes qui dirigent ce lieu. Ouvert en 2005 par Florence Lloret, cinéaste, et Michel André, metteur en scène, le Théâtre La Cité porte au cœur même de sa démarche le projet d’un théâtre documentaire, et plus exactement, d’un théâtre du réel. Ecrire le réel, travailler à partir de faits sociétaux, de questions de notre temps, est pour nous une nécessité et un choix.

Faire Cité, c’est aussi pour nous un engagement auprès de la jeunesse, au sein du milieu scolaire et en dehors. En effet, depuis quelques années, La Cité cherche à faire de l’école un lieu de création, et du théâtre, un lieu de réflexion sur la pédagogie et l’éducation.

En dehors du cadre scolaire, le Théâtre La Cité défend notamment deux projets avec la jeunesse : Du bitume à la scène, projet de création chorégraphique mené par le danseur et chorégraphe Bouziane Bouteldja auprès des jeunes des quartiers nord et d’ailleurs, et Le(s) pas comme un(s), la troupe jeunesse de La Cité, espace pérenne de création dédié à la jeunesse, dirigé par Karine Fourcy, qui regroupe des jeunes venus d’horizons différents.

Parmi nos initiatives se tient également la Biennale des Écritures du réel qui s’inscrit dans différents lieux de Marseille et présente au public un foisonnement de propositions artistiques, sociales et sociétales. Soucieuse, comme son nom l’indique, d’écrire le réel, sa programmation invite à poser d’autres regards sur notre temps. Pour finir, notre démarche n’a de sens que dans la mesure où un réel dialogue est engagé avec ceux qui « font Cité » ailleurs, à plus grande échelle.