Magyd Cherfi

invitation de l'auteur de "Ma part de Gaulois" / lecture et rencontre


février 2017

IMG_CITE_MagydCherfi_2492_reduit

L’invitation faite à Magyd Cherfi inaugure une série de rencontres et conférences dans le cadre du projet « Jeunes à vif, jeunes en devenir » initié par le Théâtre La Cité.

Un défi nous est posé aujourd’hui face à de multiples tendances au repli sur soi et sur des appartenances closes qui provoquent des clivages relationnels. À contre-courant de ces rétrécissements identitaires, de nombreuses personnes témoignent de parcours où les tensions de la vie intime, familiale, sociale, politique… deviennent des tensions créatives d’altérité et d’imaginaires politiques, d’une humanité commune à inventer chaque jour.

« Ecrire pour être utile, le fantastique défi comme on se promet d’être un père pour son fils, un bras pour le corps qui se noie, du pain pour l’estomac qui gonfle de ne rien pouvoir lui offrir qui soit salé, lourd, apaisant. Ecrire c’est être tous les métiers du monde, c’est être à la place de toutes les peines, le creuset de tous les espoirs. C’est le tour de magie qui éclaire des yeux lugubres, c’est être la barque qui porte des amoureux. C’est la phrase qui accroche deux timidités. Ecrire c’est comme un paracétamol, un Paris Brest, un aller retour pour l’endroit de ses racines. C’est comme un paradis d’avant la vie qui préfigure celui d’après. C’est l’obstacle évité, deux mains qui vous poussent dans le dos quand la fatigue a rendu ses armes dans l’anonymat du fracas. Écrire enfin ! Si c’est mourir, c’est aux premières loges, en haut de la colline, en plein jour et poitrine ouverte  pour qu’on sache qu’un jour on a été quelqu’un, aussi humble fut le passage parmi les hommes. C’est avoir eu un nom, un visage, quelque chose qui défie l’éternité le temps d’une seconde au moins. »

« Dire que j’écris me gêne, complexe d’ancien pauvre, d’ex-fils-d’immigré, d’épisodique schizophrène car j’suis devenu français. J’ai du mal à écrire car je m’écris et m’écrire c’est saisir une plaie par les deux bouts et l’écarter un peu plus. La plume m’a séparé de mes compagnons d’infortune, tous ces « Mohamed » de ma banlieue nord hachés menus par une société qui a rêvé d’un « vivre ensemble » sans en payer le prix. Je raconte une fêlure identitaire, un rendezvous manqué. C’était l’année 1981, la gauche arrivait au pouvoir la besace pleine de l’amour des hommes et les premiers Beurs accédaient au bac. Le bac, une anecdote pour les Blancs, un exploit pour l’indigène. Tout était réuni pour cette égalité des droits tant chérie. La promesse d’une fraternité vraie semblait frémir. Pourtant la rencontre de la France et de sa banlieue n’a pas eu lieu, elle n’a toujours pas vu la lumière car l’exception française persiste, celle d’être français et de devoir le devenir… » – Magyd Cherfi

Magyd Cherfi est né le 4 novembre 1962 et passe son enfance à Toulouse.
Dès le lycée, il écrit des scénarios de films amateurs. En 1981, il participe à la création de l’association Vitecri pour la promotion des cultures de banlieues. Cette association produira des courts métrages vidéo, des pièces de théâtre, et toutes formes de spectacles vivants et donne naissance au groupe Zebda.
Chanteur et parolier de Zebda, groupe issu des quartiers nord de Toulouse, Magyd vit une aventure humaine où chaque membre s’est frotté aux doutes de la question politique, aux contradictions de l’engagement et de sa traduction artistique. Ils publieront six albums entre 1992 et 2015. En solo, Magyd est l’auteur-compositeur et interprète de deux albums Cité des Etoiles (2004) et Pas en vivant avec son chien (2007).
Magyd est aussi l’auteur de deux recueils de nouvelles, parus aux Editions Actes Sud. Le premier, Livret de famille, publié en 2004 révéla un talent de conteur inédit, confirmé par La Trempe en 2007. Magyd Cherfi y explore les thématiques liées à la vaste question de l’identité. Une écriture vive, poétique, et un ton souvent ironique font de ces textes des récits percutants et tendres. Son nouveau récit Ma part de gaulois est sorti en août 2016, toujours chez Actes Sud, en lice pour le prix Goncourt 2016.
Il prépare actuellement un troisième album Catégorie Reine, produit par sa propre structure de production indépendante LKP, soutenue par l’Association La Rocade. La sortie de cet album sera suivi d’une tournée nationale mise en place par le tourneur toulousain Bleu Citron.

Magyd Cherfi, la rencontre

le 03/02/2017
La Provence

La reconnaissance pour ce livre, il avoue dans un souffle : "Je ne m'y attendais pas, je suis tombée de ma chaise". Sa sélection sur la liste du Goncourt salue pourtant cette envie chevillée au corps de "raconter une histoire que personne n'avait racontée", la sienne.

Gwenola Gabellec

Télécharger l’article

Rencontre avec Magyd Cherfi

Le 4 février 2017 
au Théâtre La Cité

———–

Ce même week-end, vous pouvez également retrouver Magyd Cherfi…

le samedi 4 à 12h30 à la librairie Histoire de l’Oeil [25 rue fontange 6ème]

le vendredi 3 à 19h au MuCEM en conversation avec des étudiants de Sciences-Po à Aix-en-Provence

———–

Prochaines rencontres et conférences

Omar Benlaala, auteur de « La barbe » (Éditions Raconter la vie)
lecture – rencontre le 24 mars

Vidéo

Facebooktwittergoogle_plusmail